test


LA VIDEO DU TRAIL HIVERNAL 2018

C’est les vacances, mais on ne perd pas les bonnes habitudes ! Certes, la CO en devient une mais cette fois ci, c’est une nouvelle aventure qui nous attend ! Direction le Larzac pour 3 courses avec Dav.

Samedi 3 mars : Régionale MD + entrainement nocturne chasse à la balise

CO_larzac_1Nous partons de chez les parents de David dans un petit coin de paradis en Lozère, direction le Caylar, où se déroule la régionale MD ! Après une heure de route, nous nous garons après hésitation sur le parking de l’aire d’autoroute du Caylar, qui est indiqué comme étant le parking de la course !

Nous passons à l’accueil récupérer nos petits tickets à présenter avant le départ de chaque course, ainsi qu’une jolie petite éco tasse dans laquelle sont glissés quelques cadeaux pour la douche d’après course (gel douche et shampoing du coin à base de miel !). Nous choisissons également nos horaires de départ : j’ouvrirai le « bal » sur le violet moyen (7km) et David partira une vingtaine de minutes après moi sur le violet long (10.5 km).

Avant de retourner à la voiture pour manger un peu en attendant nos départs respectifs, nous prenons soin de lire attentivement les panneaux qui sont affichés près de l’accueil et qui concernent les consignes de course liées à la spécificité du terrain sur lequel nous nous apprêtons à courir. Les informations que j’y découvre me stressent un peu ! Jusque là je ne réalisais pas trop où j’allais courir, et le soleil ambiant me rendait sereine et zen ! Mais je découvre alors des subtilités de la cartographie « spéciale Larzac » qui me laissent sceptique et un peu inquiète ! En effet, on nous informe que dans la mesure où les terrains sont emplis de rochers, il n’est pas possible de tous les représenter sinon la carte serait « noire » (couleur des rochers). Du coup, il faudra se demander quels rochers le cartographe a représentés sur la carte, lesquels valent le coup d’apparaitre … autrement dit, on peut se retrouver entourés de rochers sur le terrain et ne pas en voir matérialisés sur la carte, si ce n’est par un jaune pâle… à bien distinguer du jaune normal (champ), ce qui m’a bien embêtée lorsque j’ai du me recaler après une grosse erreur d’orientation de ma carte qui m’a fait me retrouver dans un espace « jaune » et « jaune pâle » sur la carte, avec de grosses difficultés à savoir où j’étais précisément quand autour de moi il n’y a que des butes et des rochers et des butes avec des rochers mais que ces rochers, pourtant gros, n’apparaissent pas sur ma carte !
CO_larzac_2
Après cet épisode lecture fort utile certes, mais difficile à s’approprier, nous retournons manger notre petite salade préparée avec amour le matin du départ ! Puis, une micro sieste dans la voiture et c’est à mon tour d’y aller… Je peine à comprendre la carto malgré le fait que ma concentration ait été maximale lors de ma lecture des consignes alors je prends mon temps et trouve le premier poste au bout de quelques minutes, non sans douter… J’ai rapidement le deuxième puis galère pour les deux suivants, comme bon nombre de coureurs puisqu’on se retrouve en troupeau pour ces balises là !

« Si quelqu’un la trouve il prévient les autres OK ? » lance un coureur inquiet ! Après le poste 4, je commence à mieux comprendre la carto, et je peux m’appuyer sur le relief, plus marqué que pour les premiers postes… je me sens de plus en plus à l’aise jusqu’au poste 12, et là, pour le 13, je confonds une falaise avec une autre et n’arrive rien à recaler… après être revenue sur mes pas, et avoir réfléchi dans le vide, Guillaume, de balise 63 vient me sauver (il est parti un long moment après moi et me retrouve au poste 13 sur 15 ) : grâce à lui je parviens à me recaler et nous allons ensemble (merci Guillaume !) au poste 13 qui n’était pas évident (falaise, non pas au pied, mais au sommet, et falaise invisible depuis l’endroit d’où nous arrivions !)… Grosse erreur ensuite car je me laisse emporter, pour au final partir dans la mauvaise direction ce qui m’aura fait bien galérer pour me recaler dans une immense zone « jaune » et « jaune clair »… Après avoir croisé un autre coureur en quête du même poste que moi, le 14, il parvient à nous recaler tous les deux grâce à une grosse barre rocheuse, cartographiée celle-ci, qui nous permet de savoir où nous sommes. Il part de son côté et moi du mien et on ne se reverra qu’au moment du gouter sur l’aire d’autoroute où nous rediscuterons de la carto et où il nous expliquera à Dav et moi qu’apparemment c’est le même cartographe qui a cartographié l’ensemble de la carte mais pas au même moment : une zone (le début de ma carte) a été cartée récemment et est plus précise et lisible tandis que celle dans laquelle on s’est retrouvés perdus tous les deux a été faite à ses débuts, et donc avec moins d’expérience et d’expertise !

Je finis par trouver mes trois postes dans cette zone peu lisible et peu compréhensible. J’y croise d’ailleurs Dav, qui cherche le même poste que moi et qui semble aussi en galère. Dav et moi finissons dans le même temps… avec malheureusement un oubli d’un poste pour Dav, qui doit en avoir marre de faire Pm sur les courses !!! Surtout qu’il a juste oublié de passer à la 14 entre la 13 et la 15, problème de numération peut être ?!

Nous goûtons tranquillement après avoir débriefé avec les copains de Balise 63 : François, qui était parti lui aussi sur le circuit violet long, et Guillaume et Stéphane, partis quant à eux sur le violet moyen, et qui mettent moitié moins de temps que moi !

Samedi soir : entrainement nocturne chasse à la balise

David, François et initialement moi, sommes inscrits à l’entrainement nocturne du samedi. Initialement pour moi car je suis roustée de la course de l’après midi les pieds en grande partie dans la neige (c’est bon pour les fessiers certes…) et que mon mal de dos camouflé par un bon gros anti inflammatoire le reste de la journée, remontre le bout de son nez à la nuit tombée…

Stéphane et Guillaume se préservent quant à eux pour la MD du lendemain. Dav voit en cet entrainement nocturne l’occasion de mieux comprendre le terrain en vue de la course du dimanche. A 19h15 le départ en masse est donné pour 1h de course et un max de balises à trouver sur les 26 posées.

Dav les prend toutes et termine 9ème de cet entrainement qui lui fait du bien au moral. François en oublie une et se classe juste après Dav sur une petite cinquantaine de coureurs. De quoi redonner la pêche pour le lendemain.

Nous déposons François à Millau et rentrons chez les parents de Dav un peu tard pour diner et faire une bonne nuit après cette longue journée !

Dimanche 4 mars : Championnat de ligue MD
Re belotte !

Il est 9h35 et nous décollons de nouveau pour le Caylar après que j’ai avalé un nouvel anti inflammatoire ! Dav a les jambes lourdes et ça se comprend ! Il a gambadé la veille ! Les copains de Balise nous prennent gentiment nos horaires de départ : je partirai cette fois après Dav et presque dans les tous derniers de la matinée, ce qui de nouveau suscite un petit coup de stress ! Et oui, je commence à me dire que si je me paume comme ça m’est arrivé la veille, qui viendra m’aider ?! Ce stress est accentué par le brouillard épais dans lequel nous baignons… La veille alors qu’il faisait grand beau, je me suis bien plantée alors je me dis qu’avec la météo du jour ça va être folklorique

CO_larzac_3Dav part le premier et réalise une course rapide sur certains postes, puis à côté de la plaque sur d’autres. Dur de toujours rester serein dans ces terrains hyper techniques. Mais il a progressé à l’issue du weekend.

Une demie heure plus tard c’est à mon tour… le premier poste me pose à nouveau problème, j’ai bien planifié ce que je veux faire mais ne le fais pas et me retrouve dans une énorme tâche verte qui me conduit après plusieurs minutes dans du jaune dans lequel je peine à me repérer… je me recale finalement et trouve enfin ce premier poste puis le second assez rapidement. Je me sens plus à l’aise que la veille, notamment car la carte comporte davantage de lignes d’arrêt (la veille nous n’avions aucun chemin, aucun sentier et peu d’éléments susceptibles de vraiment nous permettre de nous recaler ou de prendre appui dessus) qui peuvent bien sûr être directrices comme des murets (à conditions qu’on les voit !) et des clôtures. J’essaie de m’appliquer et m’en sors mieux que sur la LD. Je retrouve Dav sur un poste que nous avons en commun et que l’on galère à trouver. Finalement on le trouvera mais séparément avec des stratégies différentes avant de se reperdre de vue !

Nous mettons à nouveau le même temps alors que Dav a un circuit plus long que le mien. Nous savons que nous sommes loin d’avoir fait la course du siècle mais ressortons avec une impression bien plus positive que la veille, accompagnée d’un sentiment d’avoir appris quelques petites choses même si ce fut court !

En résumé, un petit WE CO sur des terrains certes très techniques mais dans un cadre magnifique (et ce d’autant plus qu’il n’y a pas de brouillard !) que nous recommandons aux copains. Nous avons pris beaucoup de plaisir à courir sur ce plateau typique encore recouvert de neige qui ressemble en quelques aspects à nos cheires auvergnates du point de vue de la vigilance à adopter dans des zones de micro relief.

A refaire !

Caro et David