test


LA VIDEO DU TRAIL HIVERNAL 2018

Les aléas de la vie font que je suis actuellement accompagné par une jeune fille fort jolie mais qui n’en reste pas moins handicapée en ce moment. Elle demanderait le macaron pour se garer tout prêt du super U qu’elle l’obtiendrait. Toujours est il que la CO reste pour elle une activité inenvisageable à ce jour avec ce fameux « greffon » que j’ai l’impression de connaître comme mon meilleur copain.

 

« - Bon, en gros le greffon il faut pas qu’il saute. Donc ce weekend avec trois sprints sur du terrain goudronné en ville tu peux le faire.

- Oui (en vrai il y a plus de discussion quand même)

- Bah voilà en avant pour Le Mans. »

CO_mans_2_1Réservation d’un logement, ça a l’air joli cette ville. Voiture, c’est plat et vert, et en plus je dors donc je fais que répéter ce que m’a dit Caro. Nourriture ? On a mangé thaï le premier soir, il me semble pas que ça soit typique du coin. (Par contre le gâteau Mayennais à 6,90 € il est bon mais vu le prix il peut !)

Par contre ce dont je suis sûr c’est que les course sont sacrément belles : belles zones, belles cartographies, beaux traçages. Il y a un sprint samedi après-midi et un en nocturne, puis un sprint long le dimanche. Caro fera deux courses, le greffon n’étant pas d’accord pour faire la nuit et son obscurité si caractéristique. Moi je fais les trois, et je compte bien me mettre une mine (en course hein).

Première course, disons que je me chauffe… C’est pas trop ça, je me sens lent et en prime je suis un peu malade. Mais surtout surtout… je fais des choix pourris et je m’autorise même quelques erreurs d’orientation. Voyons le résultat : 15ème. Ah ben oui c’est mauvais ! Caro fait une course au score d’initiation sympa mais regrette de ne pas avoir fait (même en marchant) un vrai circuit avec les pièges et les choix fins dans les interpostes complexes.

Le soir, j’ai les crocs. Apparemment c’est encore technique et soutenu. Et je sors une super course, hormis quelques imprécisions minimes et une entrée dans la carte qui aurait mérité d’être plus agressive. 4ème, youhou ! En même temps, tous les vieux à lunettes forts sont derrière moi de nuit, c’est l’avantage.

Au réveil le lendemain, on ne totalise que 30’ de course en deux étapes. Les médisants diront que c’est rien. C’est vrai je le nie pas. Par contre l’allure de course elle est bien violente ! Mais pas aussi violente que la découverte de la carte de la troisième étape, avec un premier poste totalement roulant et à environ 1,5km… On gère l’allure pour ne pas direct vomir puis on se retrouve dans le village médiéval de Sainte Suzanne, ce qui signifie en CO que ça devient super intéressant, avec des ruelles, des remparts, des porches, des douves. Trop classe. Dernière partie de la course après un poste au monument aux morts dans le VVF ou les chalets de ressemblent bien sûr tous. Grosse faute à 40’’ en allant vers la dernière balise super facile (Davidou t’es un boulet) mais super course. Je termine 6ème à deux doigts d’utiliser l’extincteur sur mes propres jambes.

Caro, quant à elle, a fait son circuit tranquillou en visitant et repérant les magasins et les restos pour l’après course. Elle a quand même pris du plaisir au niveau orientation vu la densité des choix possibles sur les interpostes (puisque cette fois elle a négocié le circuit compétition même sans s’être inscrite à l’avance et ce, grâce à son sourire).

COMans_1

Actu David et sa petite Caro