Récit d'un champion du monde master de VTT'O

Avant de me rendre à Rabenberg en Allemagne pour la 1ère manche de la Coupe du Monde master de VTT'O, je retrouve Phil Gignac à Digoin avec qui je vais covoiturer. Après deux bonnes heures de route vers Jungholtz en Alsace, nous stoppons notre carriole chez Fan de Gueb le 3ème de notre bande de 4. Là, j'apprends que nous ne dormirons pas dans notre carriole mais dans une auberge de l’autre côté de la frontière en République Tchèque à Pernink (haut lieu du tourisme tchèque). Après une bonne nuit, nous laissons notre hôte du soir (qui nous rejoindra plus tard) pour avaler les 8 heures de route vers Pernink. Au fur et à mesure que nous avançons, le thermomètre baisse et la pluie redouble. Quand nous arrivons, il fait 3 degrés.

VTTO_3Le GPS nous indique que nous sommes arrivés mais, dans la maison et dans la rue pas de lumière. Serait-ce une ville fantôme? Nous frappons à la porte et voyons quelques lueurs venir vers nous. 3 personnes nous accueillent à la frontale. Nous comprenons qu’il y a une panne de courant généralisée. Nos hôtes nous proposent de nous installer puis, une fois le courant revenu, nous invitent au pub boire une bière et manger un petit bout.

Nous nous installons à table et nous laissons guider par nos nouveaux amis. Nous commençons par, une bière. Ensuite, une soupe dont nous ne comprenons pas le contenu. Mais bon, nos amis en ont mangé sans sourciller. C’est très salé et c’est difficile de manger quelque chose dont on ne connaît pas l’origine.

En cours de soirée, d’autres tchèques nous rejoignent. Ils font tous le vtt’o le lendemain dans la même catégorie que Phil (M45). Alice, une des tchèques (qui parle français), nous dit que nous avons pris une soupe aux tripes. Beurk!!

Rapidement, sans qu’on s’en rende compte, les bières s’enchaînent. A peine les verres sont vides que le barman nous en amène un nouveau plein. Les tchèques enquillent les demis sans difficulté. Après quelques litres, on décide de rentrer. On est bien éméchés tous les deux.

On pense aller se coucher, mais c'est sans compter sur les tchèques qui reviennent avec une liqueur de pomme artisanale. La bouteille tourne jusqu’à ce qu’elle soit vide. La nuit qui a suivi a été longue et difficile (les toilettes se souviendront de moi un moment!) au point que je n’ai même pas entendu Fan et Jean Charles arriver vers 1 heure du matin.

Le lendemain matin avec Phil, le réveil est difficile. On est tombés dans le piège des tchèques. La longue distance va être compliquée. D’autant que les conditions météo ne sont pas idéales : pluie et froid.

VTTO_1Les premières minutes sont difficiles, mais au fur et à mesure, ça va mieux. Le terrain est détrempé et à un peu plus de 900m d’altitude, dans une station de ski, on mange du dénivelé (800 d+ pour 26km). Heureusement, le parcours n'est pas trop technique.

Résultat : à ma grande surprise une 3ème place derrière 2 allemands.

Le soir, on rentre à l’auberge et on ne sort pas avec les tchèques pour éviter un nouveau piège. On est fatigués et on se couche tôt.

Le lendemain, départ en chasse. J’ai 9’ de retard sur le deuxième et 1’ d'avance sur le 4ème. Il ne va pas falloir chômer.

Le terrain est de plus en plus gras. Cette MD n’est pas très technique et je suis relativement à l’aise.

Quand je vais vider mon doigt, je m’aperçois que je suis le seul arrivé. Comment ai-je pu reprendre autant de temps aux deux allemands?!... En fait, ils n’ont pas couru aujourd’hui et le 4eme d’hier a encore perdu du temps sur moi!

Au final, je gagne l’étape et le général ! Oui, oui, vous avez bien lu. Moi aussi je n’y croyais pas!...

Jean-Charles termine 2ème en M55, Fan 4è en M50 et Phil 7ème en M45.

 

Actu : Alex F