test

AFFICHE_CEZO


 


 


 

Un raid en Tchéquie ça vous fait envie ?  Sur le papier l’enchainement des sections, le lieu et à la vue des 4 larrons XTTR engagés ça promettait une belle semaine … et la promesse a été tenue !

Et oui après le RIF carnage à la Réunion, Cyril et Steve était chaud pour refaire des raids aventure, mais pas se faire envoyer au casse-pipe. Du coup le format « Européen » c’est avéré comme une évidence : logistique aisée, matériel obligatoire basique et tarif d’inscription abordable (voir dérisoire). Ce sont Stéphanie et Olivier (alias Touffinette et Zitoune) qui les ont accompagnés dans cette aventure pour ce qui sera leur « dépucelage » en raid long.

RAID_TC1

Le trajet en avion nickel, par contre pour Olivier et Steve il y a eu de la perte : une caisse VTT et les sacs de soute … tout a été récupéré à 36h du départ. Ouf ! Petite visite dans Prague pour le dépaysement et zieuter les « avions de chasse locaux ! ». Sur ce point les mecs ont choppé des conjonctivites, Touffinette qui avait pour objectif de péchaud un jeunot local restera sur sa faim.
 
H-15 : finalisation des inscriptions, il n’y a pas de vérif du matériel obligatoire … it’s your own responsability ! Et distribution des cartes … enfin de la carte : un grand drap de nappe de 2m² avec toutes les balises.
H-14 : Oliv et Steve ont bien avancé le traçage, Touffinette et Chouchou reviennent des courses avec du gros scotch transparent pour plastifier les cartes. C’est ambiance Trans’Auvergne … d’autant plus que le repas local est servi. Touffinette est dég’, les 3 mecs lui ont interdit de boire des bières. Elle a également réussi à obtenir de la part de l’orga le prêt de 4 pagaies double, sinon on aurait dû se farcir les 2 sections de 30km de canoë avec des pagaies simples. Trop forte notre interprète et négociatrice.
H-13 : briefing express. Une seule chose à retenir, tous les coups sont permis mais … it’s your own responsability. You must be fair play. Punaise ça on kiff, un raid sans chichi, ça va droit au but. Heureusement, Touffinette nous sert d’interprète. Par contre une belle déception, il y a de nouvelles barrières horaires, le raid annoncé pour 3 jours sera réduit à 60H. Ça sera chaud de tout faire.
H-12 : tout est prêt, on peut aller dormir tranquillement
Jeudi 8H30 on dépose notre seul sac de course à l’orga. Nous sommes 2e … oui oui, les mauvaises langues qui disent que Steve est toujours à l’arrache, en retard, peuvent se taire car là-dessus il y a eu de gros progrès.

RAID_TC2

Après un briefing express feu pour la première section : coastering 12km + nage 1,5km, les 70 participants partent au taquet direction le ponton pour 700m de nage. C’est une scène à mourir de rire. Il y a plusieurs stratégies : tenue swim and run, matelas gonflable, bouée canard, palmes, sac de flottaison officiel et artisanal (sac poubelle gonflé à la bouche et accroché au slip). On mettra 5 minutes pour que passe le fou rire. Nous sommes dans le bon paquet à la première balise, mais notre stratégie d’aller à la seconde par la terre ne sera pas la bonne. 1H15 plus tard, à mi-section, Chouchou qui appréhendait à fond la nage n’est toujours pas en PLS, mieux il nage presque droit et avance bien. Nous sommes avec les 2 autres équipes françaises juste devant le grupetto. On finira cette section en moins de 2h30, vraiment ravi : l’équipe progresse ensemble, dans la bonne humeur et avec un bon rythme.

Changement rapide pour un VTT de 50 kilomètres.
Nous attaquons cette section que Steve et Cyril avaient bien tracée avant le départ du raid. Le VTT se déroule très bien, sur du bon chemin roulant et de la route, beaucoup de route.
On avance vite, Steph se cale dans la roue et ne lâche rien. Elle a l’expérience et nous lance «  les gars vous pouvez vous faire plaisir, j’aime sucer … les roues ! »
La température en journée monte vivement le canoë pour se refroidir !
Il nous reste environ 10 km de plat. Nous croisons alors les premières équipes sur les canoës, cela nous indique que l'on ne doit pas être trop loin de la trop loin de la transition. Au bout de 30 minutes nous arrivons au kayak. On y vois les VTT de quasiment toutes les équipes. On est donc en fin de course ? Bizarre on a pourtant l’impression d’envoyer du gros !

Nous arrivons sur le coup des 15h après une section VTT rondement menée. La transition est assez chaotique. On se restaure tout en se préparant sans oublier le matos.
Les équipes sont déjà composées par le capitaine : Cyril comme moteur avec Stéphanie au gouvernail et moi-même avec Steve aux commandes.
Les premiers coups de pagaies sont fluides et puissants. Sur cette section, nous devons nous arrêter pour faire de la grimpette alors quand on voit une femme nous faire des signes avec ces bras pour nous indiquer un mur ou des personnes escaladent. Nous sortons de l'eau les kayaks. Une équipe adversaire nous regarde assez médusée et interrogative. Bilan nous faisons 200m à porter le bateau qui pèse le poids d'un cheval mort (bienvenu dans les pays de l’Est !!!) : pour rien!.
On ne les reverra plus...quelle erreur !!! puis cette fois c'est vraiment le site de cette épreuve de force.
Au programme : caving (spéléo). On se met à ramper comme des vers pour déboucher dans une cavité : 1ere balise. On visite une galerie d'une ancienne mine d'or : 2eme balise, etc ...
Sous-section terminée. C'est l'escalade à présent. 4 voies de 3 à 5. Nous sommes 4 donc une chacun. Si un des membres n'y arrive pas, il condamne la team à faire un tour dans l'eau, grrr... . Stéphanie s'engage sur la voie 1 tandis que Cyril attaque la 3. Stéphanie réussie brillamment sur un bras (et Steve l’aidant en tirant comme un âne de l’autre côté de la moulinette) mais Cyril part trop à droite et bute sur un ressaut. Il sera contraint d'abandonner après 10 minutes en l’air.
C’est mon tour sur la voie 2 et Steve sur la 4. Ma voie n’est pas très évidente au début, mais j'arrive à m'en dépêtrer et terminer comme Steve notre voie. C'est maintenant autour d'escalader avec la poignée jumar, pas facile ! C'est notre baptême du feu pour moi et Stéphanie. Cyril s'engage et fait parler sa force et son engagement.  Suis Stéphanie avec souplesse et détermination, puis Steeve avec expérience. Les trois rejoignent les deux descentes en rappel pendant que moi, je termine tant bien que mal la montée avec cette foutue poignée. Je rejoins Steve qui m'attend au sommet pour m'assurer la descente. Il est assis dans un fauteuil avec des bières !! « Quelle vue » me lance-t-il !! mince les bières sont vides.

Ce divertissement terminé on repart en canoë jusqu'à la nuit tombée. C'est le calme plat. Il n'y a aucun rapide. Par contre à 5 reprises, nous devons passer des déversoirs. Le premier nous l'esquivons, en le voyant on se dit le prochain on passe! Effectivement, on le passe. Rassurés, on arrive sur le 3éme et là c'est le drame ! Ce déversoir se termine par une marche de plus d'un mètre. Nos bateaux s'enfoncent dans l'eau. Les rires fusent mais il va falloir écoper voire retourner le bateau. Avec Steve on a même sauvé un poisson suicidaire. Il est 22h lorsque nous débarquons sans une certaine satisfaction.
Changement intégral de tenue. On fait le plein d’eau dans un bar, Cyril et Touffinette se font une pinte de Coca, Oliv et Steve un double expresso. On essaie de discuter avec un « local », il nous explique que lui aussi c’est un champion et que son sport de prédilection c’est le sport local : la picole !! Echange mémorable en tchèque mimé. Stéph avait comme objectif, en plus de celui de finir le raid, de se faire un local … là elle n’est pas chaude, et on ne traine pas pour repartir nous sommes en course. Nous prenons quelques vivres puis nous attaquons ce trek de 35 km en mangeant !
Steve oriente et Olivier tel un vieux sage surveille le reste de la troupe : on rigole, on trottine, on se raconte des blagues...
Les kilomètres défilent assez rapidement ! En pleine nuit, nous traversons plusieurs villages, les habitants ne sont pas très accueillants. Ils ont tous des chiens de garde. Nous traversons un château mais nous ne sommes que deux à le voir !! (les 2 autres devaient dormir).

Nous trouvons un distributeur de boissons mais pas de bol celui-ci est complètement fermé. Le 2e et le 3e au pied du château aussi !!! nous avons soif et on ne trouve pas de points d'eau. Pour nous faire oublier la soif, Steve nous fait quelques coupes en descente dont lui seul a le secret … cela nous amuse bien !
Finalement, pas très loin de l'arrivée, à 5h30 nous tombons sur un vieux gars qui sort de sa maison en pyjama ... un peu méfiant tout de même, mais on a pu compter sur lui pour nous remplir nos poches à eau juste avant de finir la section.


Quelques mètres plus tard nous arrivons à la base de vie et retrouvons les caisses et vtt. Quoi, il n’y a que 2 équipes derrière nous ? C’est ouf, ils sont vraiment solides ces gars de l’Est.
On attaque un ravito un peu plus conséquent, composé de saucissons, plats cuisinés froids ou de saladières qui ont « l’avantage » de t'accompagner tout au long de la journée. Il faut recharger les batteries avant d'attaquer la section de 85km de VTT qui s'annonce plutôt vallonnée avec tous les "points de vue" où sont les balises ! Le cuissot commence à montrer quelques signes de fatigue et l'ascension à une tour en guise d'échauffement pique un peu. Stevos, en pleine forme, tracte Touffinette qui apprécie beaucoup l'expérience : aussi bien qu'un VAE !
Sur la descente assez technique, Oliv' prends une belle pierre pointue dans la roue ... arrêt et réparation rapide. Pendant ce temps Steve et notre négociatrice en cheffe sont allé faire le plein d’eau dans le bureau du Maire ! La 2e balise est encore plus difficilement accessible mais le panorama est tellement sympa qu’on en profite pour faire une pause photos

RAID_TC3
Puis ce sera un parcours agréable au milieu des écureuils jusqu’à la course d’orientation de 10km…
On pause les VTT dans un gîte idyllique au milieu de la forêt mais pas le temps de trainer une CO sur IOF annoncée pour 3h nous attend. Steve est chaud patate, Oliv chaud patate douce, Cyril chaud comme s’il sortait du four, Stéph … a le sourire ! Une orientation fluide du binôme, des relances, c’est bien agréable comme section. On aperçoit les lozériens, en bon filous on fait un autre choix d’itinéraire, on accélère et les dépassons sans qu’ils s’en rendent compte. Qu’elle fait du bien cette section, là encore on adore le côé ludique de ce format de raid !
Pour une fois on fait une transition express et lets go pour du VTT principalement descendant.

La fatigue commence à se faire sentir, certains piquent du nez sur le vélo mais le binôme Stivos/Zitoune gère au mieux l’orientation et le ravitaillement en mirabelles ! Chouchou veille constamment sur le bon état physique et mental de l’équipe et Touffinette essaye de suivre, en gérant son effort et son alimentation, en se concentrant pour ne pas confondre ses coéquipiers avec des bons poulets rôtis.

RAID_TC4

Une bonne pause pour les fesses se profile, 30 km de canoë orientation sur lac. Il est 17h30, il faut être revenu avant minuit pour avoir le droit de s’engager sur un trail de 40 km qui s’annonce magnifique. Touffinette n’est vraiment pas chaude pour s’engager le trail. Steve à l’inverse veut encore croire que l’on va pouvoir passer la barrière horaire et motive les troupes : aller, transition rapide et on mangera sur le bateau chacun notre tour … on embarque en canöe à 18h15. Là encore transition trop approximative (ou certain on volontairement fait durer pour être shunté ???).

Une hantise pour Oliv’ ! Toute cette deuxième journée, il a appréhendé cette épreuve. Pas le choix ! il faut y aller.
La première balise est assez rapidement trouvée et je me sens relativement bien. Mais cela se complique avec la tombée de la nuit. Le rythme nous endort. On voit le bateau de Cyril et Steph aller de droite à gauche d'avant en arrière. Ils ont l'air d'aller bien : ça piaille et rigole !
Ce n'est pas le cas chez nous. Je me plains. J'ai froid. J'suis mouillé. J’en ai marre.
Steve pagaie pour deux voire trois et m'encourage. Je passe de mauvaises minutes à claquer des dents. Je m'étire, change de position toutes les 30s. Je demande des conseils à Steve et Cyril, je veux que cela s'arrête.
On avance quand même mais que c'est dur mentalement !

RAID_TC5
Tandis que l'autre bateau continue à zigzaguer, on apprendra après débriefing, qu'il aurait vu un tourbillon devant eux et des objets volants non identifiés. Ce qui est sûr, c'est que les trois larrons qui m'accompagnent dans cette aventure, on décidé de s'inviter dans une soirée déguisé privée !


On débarque les bateaux, j'ai toujours aussi froid. Ca danse, ça cri, ça rigole, ça boit de la bière... Moi je bois mon double expresso! Puis nous repartons. Et ça va mieux. Je me suis réchauffé et je ne broie plus du noir. Je converse avec Steve de ma vie et pagaie de façon non académique mais qui me convient et qui permet d'avancer. Je me vois dans la peau d'un calédonien sur sa barque et qui enfonce à droite puis à gauche sa pagaie. On arrive à la dernière balise. OUF ! plus que 2 kms. Nous arrivons. Il est 1h30 du matin. La barrière horaire était à minuit. On s'y attendait un peu mais pas de regrets, on va se réchauffer maintenant.
Devant la transition toujours aussi brouillon Steve dit « on met le réveil à 3h, comme ça ceux qui sont efficace dormiront plus longtemps. Il faut que les sacs soient prêts comme ça dès que ça sonne on saute dans nos chaussures, on met le casque et on trace ! ».
L’excitation de la course a rendu l’endormissement compliqué pour certain, hyper rapide pour ceux qui ont pris de la bière soporifique lors de la soirée pyjamas du canoë. La pause a très certainement fait du bien… On repart 15-20mn après en même temps que la 2e équipe, qui a pu faire la 2e section de trail, et qui se demande d’où on sort…. On les double dans la 1re montée et, même si on ne comprend rien à leur conversation en tchèque, on les sent plutôt dubitatifs, voire anxieux !
Roulez la nuit requiert une attention accrue et la fatigue commence à s’installer. Chouchou l’infatigable, redouble de vigilance, notamment auprès des novices. On sait que le lever du jour revigorera les organismes mais il faut tenir jusque-là et faire attention aux biches qui nous traversent devant à toute allure ! Une boule de feu fait son apparition dans le ciel alors qu’on arrive à la carrière où va se tenir l’épreuve de Bolscross : un parcours ludique composé de ponts de singes, descentes en rappel, montées de cordes, nage en eaux troubles… créé par M. Bol, prof de sport à l’université. La 2e équipe profitera des bras en mousse de Touffinette et de notre légendaire striptease pour nous repasser devant.


 On les retrouvera à presque toutes les balises suivantes avec à chaque fois des choix d’itinéraires différents. On leur repassera devant à l’avant-dernière grâce à un coup de maître Stivos et son parcours idéal entre les 2 balises ! La dernière partie avait été repérée par hasard (ou roublardise ?) par Stivos et Chouchou la veille de la course donc c’est avec aisance qu’elle sera effectuée pour arriver en même temps que cette valeureuse 2e équipe tchèque qui nous a grandement félicité pour notre rapidité !

RAID_TC6


Nous franchissons la ligne d'arrivée en 51h30 pour 409 km à la 9e position. Nous sommes contents de notre performance et de notre aventure ! Douche,   dodo,  repas , nouvelle tenue .. nous voilà fin prêts pour attaquer la nouvelle section : la remise des prix !

Repas rapide (un plat chaud) avant d’enchaîner sur un jeu très populaire dans le pays ! Assis tout les 4 sur un même banc l'un derrière l'autre,  nous enchaînons les descentes de pintes de bière ; jus de pomme pour Cyril manière que les concurrents ne voient pas la finte.
Une fois la pinte fini il faut renverser son verre vide sur sa tête, puis le 2e boit, et renverse sa pinte vide sa tête ... ainsi de suite . Le dernier ,une fois la pinte finit  doit se lever et danser !

A ce jeu là on performe, Steph impressionne l’organisation avec sa descente la plus rapide !
Bref  nous passons un super moment avec l'équipe d'organisation et les autres équipes tchèques ! Ce qui est sur c’est que nous avons très bien profité  de ce raid  jusqu'au bout !

Merci à notre famille, amis , et au club qui nous permettent de réaliser de telles aventures ...Vivement les prochaines...