Madère, un morceau de caillou au milieu de l'océan ! et c'est là que vont se retrouver les meilleurs de la discipline pour une manche de l'Ultra Trail World Tour. Parmi eux, quelques Oranges affûtés comme jamais, sac sur le dos, baskets aux pieds et avec la folle envie de découvrir l'intérieur de l'ile !

La bande à Leconte a envahi l'île depuis 8j, à raison de 20 km par jour, ils arrivent frais et dispo le jeudi 20 avril pour retirer les dossards. Cyril C, Oliv', Jenny Steph H, Mélodie, Christophe et Caro fraîchement débarqués de l'avion sont déjà dans la file d'attente pour récupérer bracelet, dossard, tee shirt et autres cadeaux de course.

On retrouve sur place quelques Auvergnats bien connus et notre favori Thomas L. Bien entendu, les conditions d'avant course sont assez bonnes : ambiance, bonne  bouffe, bon accueil, bière pas chère, Portugais très sympas, paysages splendides, l'océan, les vagues, soleil, chaleur ....bref tout va pour le mieux !

u'est-ce que le MIUT ? C'est une traversée du Nord au Sud de l'île portugaise de Madère, chiffrée à près de 115km pour 7100m de dénivelé positif. D'après les "dires", elle se déroule  sur un des terrains les plus techniques que l'on peut rencontrer sur le circuit., la petite sœur de la Diagonale des Fous !! 3 autres distances permettent de se frotter au circuit : un 85 km et 4800D+, un 42 km et 15 km; à la fin tout le monde arrive à Machico. 

Vendredi 15h : le temps n'est plus " à flâner " dans les rues de Funchal. Repos des guerriers, prépa des sacs, repas d'avant course .. le rdv des Ultra-traileurs (Steph, Cyril et Steph) est à 21h pour un départ en bus jusqu'au nord de l'île à Porto-Moniz. Derniers bisous, encouragements, la nuit et la journée de demain vont être longues !

  • vendredi - Départ 00h00 au bord de l'océan pour le 115 km :

Les "stars" de la discipline sont devant, et donnent l'allure sur une première montée sèche de 400 m!  Juste dans la miut_7foulée on redescend au niveau de la mer pour traverser un pont où une foule s'est amassée. "Venga venga - Amigo Amigo " Superbe ambiance à cet endroit, encouragements bienvenus avant d'attaquer la première grosse montée de la course (1000m d+) vers les hauteurs typiques de Madère. L'odeur dans les forêts et l'atmosphère humide apportée par les nuages de l'atlantique rendent la course encore plus sauvage.

Cyril, Oliv' et Steph prennent chacun leur allure.  CP1 validé ... tout va bien .....mais quelques kms plus tard, Oliv' chute dans une descente, coude enflé, direction les urgences de Funchal .. la course est finie pour lui ! Dure dure pour lui et Jenny qui se faisait encore une joie de l'assister sur la journée.

A 4h00, le réveil sonne pour Caro et Stevos qui se sont  engagés sur "l'ultra" (1 première pour Caro), la version raccourcie du MIUT, un défi bien suffisant avec au menu, 85km et 4800m de D+, reprenant pour 80% de son parcours le tracé du MIUT.

 

  • Samedi - Départ 7h00 quelque part sur cet île pour le 85 km - Le récit de Caro

Départ à la frontale, mais rapidement le lever du jour et  la magie des paysages qui nous entourent font leur effet !! Les premiers rayons de soleil nous chauffent les cuissots (à moins que ce ne soit les 1eres marches), en tout cas au 1er col, la vue sur les sommets aux alentours et le spectacle sont éblouissants et cela annonce une de mes plus belles journées de trail.

Après le CP1, le rythme est lancé et les choses sérieuses commencent : le dénivelé devient plus brutal. Elles sont là les fameuses marches d'escalier de Madère. Enfin,  le sentier se fait plus roulant et pendant quelques kms, il nous laisse le temps de lever la tête et d'admirer le relief de l’île (enfin y'a que moi qui doit regarder parce que Steve lui devant il court vite). Je double quelques traileurs du MIUT , tiens un cantalien !  mais toujours pas de XTTR en vue !

Miut_4Km 38, je croise Steph qui sort du ravito, il me dit que Jenny et oliv' m'attendent , youpi je suis bien trop contente de les voir ! Ils m'assistent comme une vraie championne alors j'en profite pour bien récupérer et manger. Je prends des nouvelles des gars (je dois bien être la seule !), tout le monde va bien, de bon augure pour la suite !!

Le contrôle à la sortie du CP3 nous met sur la voie : un litre d'eau et un téléphone portable. C'est parti pour une longue ascension de 1350m de D+ jusqu' au sommet rocheux de l'immense Pico Ruivo . Un dernier petit coup de cul après le CP4, laisse place à une sublime traversée en balcon. Taillé dans la falaise, le sentier est saisissant, vertigineux, on franchit quelques escaliers bien raides, on passe sous de beaux tunnels... ambiance! L'arrivée au point le plus haut (et le plus beau) de la course, Pico do Areeiro (1881m) est en ligne de mire.. La quasi-totalité du dénivelé positif de la course est derrière nous. J'entends des cloches, Oliv' et Jenny sont à nouveau là ! De nombreux spectateurs mettent une ambiance de folie.  Cyril et Steve sont  passés 2/3 h avant ...ils vont bien !

Il est donc temps de "redescendre" à la playa, les kilomètres de "single tracks" défilent. Interminable descente, plus de 13 kilomètres, les jambes sont lourdes, et j'ai l'impression de ne pas avancer. Arrivée au prochain CP, personne pour me consoler, j'ai le moral dans les chaussettes, et je me dis que la fin va être longue. 

Je me colle au train de certains "rouges ", je me requinque et retrouve enfin un rythme ! Il faut bien les courir à un moment donné ces 85km. La lumière baisse, la fin de course se fera à la lueur de la frontale. On entend enfin l'océan, le profil redevient horizontal. et on peut relancer la machine sur un sentier à flanc de falaise (ouf il fait nuit je ne vois pas le vide !!!) .  Le CP 10 passé, la ligne d'arrivée est juste là, au bout du sentier en contrebas.......

iut_5

Depuis 16h32, les arrivées à Macchico se sont enchainées : c'est donc Aline la 1ere orange à franchir la ligne d'arrivée (5h32 sur le marathon et 6eF), puis Christophe (5h59) et Mélo (6h42) sur le marathon (cf CR plus bas). A peine plus tard, sur l'Ultra Thomas L termine en 10h46 à une belle 5e place. Steve arrive en début de soirée en 11h56 (17e). Selon les dires de sa plus proche collaboratrice,  il aurait pris le temps de se coucher un moment après son arrivée et aurait même dit : "plus jamais ça ! ".

Il fait désormais nuit à Macchico, le balai des frontales rythme la soirée... à 21h20, un nouvel Orange franchit la ligne d'arrivée, c'est Cyril ! Petit numéro d'équilibriste pour marquer le coup et le voilà avec une nouvelle médaille autour du cou!

miut_8

Jenny et Oliv' en place sur la ligne d'arrivée auront le temps d'accueillir tout le monde, de boire quelques p'tits punchs et d'apprécier l'ambiance du Macchico Club !!!

Presque 23h, les spectateurs sont encore bien présents sur le front de mer, ça sent la baraque à frites et la bière ! Tout les copains sont là et me voilà, derniers escaliers, dernière ligne droite et je franchis cette belle ligne d'arrivée en 15h58 (14eF) le souffle court, débordée par les émotions du jour !!

Steph H a pris quelques frayeurs sur les sentiers, il a quand même serré les dents pour finir son MIUT en un peu plus de 24h....

 

Aline, Mélo et Christophe sur la formule marathon 42 km - Le récit de Mélodie

Il est 8H45 quand nous quittons Machico avec la navette qui nous montera au point de départ. Avec Christophe, nous ne trouvons pas Aline. Elle a du déjà partir. Il fait beau et les rayons nous réchauffent déjà. Arrivée au Parc Ecologique de Funchal, débarquement de tous les coureurs, ça sent fort l'arnica et le baume du tigre. Beaucoup de coureurs portugais et espagnols. Tiens voilà Aline, ouf, après une longue attente dans l'aire de départ. Nous nous alignons tous les 3 sur la ligne de départ.... cinco, quatro, três, dois, um ! PAN !

Dès le début ça monte fort, une large piste sur les premiers mètres qui nous permet de remonter quelques coureurs qui marchent déjà, puis premier mur : on sort les bâtons et montons à la file indienne... on le savait, le profil de ce marathon est assez particulier : 1200D+ sur les 18 premiers KM. pour 2400D- .Miut_3

Des forets d'eucalyptus s'offrent à nous. Un peu de relance sur un plateau avant la première descente en single dans une magnifique forêt à la végétation très dense, on se croirait en Amazonie ! C'est magique ! La descente est longue, technique et ne permet pas de dérouler la foulée.

J'entends les spectateurs applaudir, on approche Robeiro Frio, le deuxième ravito, une banane, un verre d'eau gazeuse et hop je repars bon train pour rattraper le temps perdu en descente. La deuxième bosse pour rejoindre Poiso me remet en selle, je double beaucoup de coureurs et n'aperçois toujours pas les oranges. Au 18e Km Poiso qui marque la fin de l'ascension. Le reste de la course sera exclusivement de la descente et du plat, il va falloir se remuer.

Miut_1

 

 

Deuxième descente technique, c'est long très long... alternance de partie roulante, technique, escaliers, single en forêt... Du 25e au 30e un long plat le long des levadas permet de remonter un peu l'allure, on commence déjà à apercevoir la mer en fond, on approche de la côte ! Puis vient la descente sur Larano, alors celle-ci nous a tous marqué, certains l'ont descendu sur les fesses, d'autres en crabe ! Très pentu et très technique ! Plus bas c'est le soulagement, c'était la dernière. Les derniers kilomètres se feront le long des falaises, sur la côte, c'est magnifique, il fait chaud, ça sent l'iode , tout est agréable pour cette fin de course, sauf les quadri qui ne répondent plus vraiment, le dénivelé négatif les a tués.

On s'accroche pour trottiner, ça devient dur, on zig zag sur cette falaise, les chemins sont vertigineux mais la vue est splendide. La montre sonne le 38e km mais toujours pas de Machico en vu... on est loin encore ? Puis nous débouchons sur les premières habitations le long des jardins et levadas, Machico en fond ! On s'accroche et franchit la ligne d'arrivée sous une ambiance de folie !

Les résultats : Aline 6ème F en 5h32 -  Mélodie 39 ème F en 6h42- Christophe 108 ème en 5h54

Miut_6

Conclusion :

Une organisation excellente, des ravito au top, des spectateurs en folie "forza !!" "venga!!" à gogo! Une course à marquer dans l'agenda nul doute sur un petit paradis vert ! Des chronos et des exploits qui font largement relativiser la performance du coureur du peloton., mais qui n'enlèvent rien à la beauté de cette incroyable journée sur les sentiers de Madère.

Extrait d'un article dans le journal L'Equipe : Le MIUT  : De rudes ascensions sur des pics léchés par les nuages. Des descentes techniques, serpentant au coeur d'une végétation d'exception. Des relances à flanc de falaises, sur des sentiers infinis, dominant l'océan. Le Madeira Island Ultra-Trail  est une splendeur. Mais une splendeur qui se mérite. 

Bravo à tous les autres auvergnats présents sur les courses: Audrey, Mickael, Gérald, Sylvain, Charly, Laurent, Séverine, Jérome et Max....

 

Actu Caro C